La Grotte de Notre-Dame-de-Lourdes
Les Franciscains
250, Boulevard Providence, C.P. 336
Lachute (Québec) J8H 3X5

Tél : (450) 562-3655 - Fax : (450) 562-0060
Courriel: lagrottefranciscains@sympatico.ca


Célébrations
L'équipe pastorale
Historique
Méditation chrétienne








Historique

La fondation de la Grotte Notre-Dame-de-Lourdes

On ne pouvait célébrer l'arrivée des Franciscains à Lachute sans prendre le temps de raconter les origines de La Grotte. Située sur le côté nord de la route reliant Lachute à Brownsburg, la Grotte Notre-Dame-de-Lourdes occupe au pied de la montagne l'emplacement où jadis s'étendait un verger de 1 400 pommiers, propriété de William-Henry Ayers, industriel de Lachute.

En 1935, c'est là que son épouse Bernadette Carrière et sa fille Eva-Pearl installèrent les statues de Notre-Dame et de sainte Bernadette. Des groupes de prière animés par le curé de Brownsburg, Vitalis Bouchard, commencèrent à s'y rendre. Devant ce mouvement populaire, et grâce à la prière d'Éva-Pearl, monsieur Ayers entreprit les premières grandes transformations pour embellir la Grotte. En octobre 1936, il confia à la compagnie White Landscape de Montréal la direction de travaux considérables et fort coûteux. Madame Ayers, de son côté, commanda une clôture et une porte cochère en fer forgé. Elle fit construire un kiosque, un autel portatif et procura tout le mobilier nécessaire aux célébrations religieuses.

Un sanctuaire marial prend forme

Éva, décédée en 1936, ne verra pas la fin des travaux. Madame Ayers, alors veuve, fera seule les démarches auprès de Mgr Alexandre Vachon, archevêque d'Ottawa, pour que ce lieu devienne un sanctuaire marial et que l'animation soit confiée aux Franciscains.

Le projet fut accepté en janvier 1949. Le Père Jean-Capistran Cayer, responsable de la communauté des Franciscains, célébra la première eucharistie le 17 mai 1949 en présence de la famille donatrice. Le 14 août suivant, Mgr Vachon bénit la petite chapelle à peine édifiée. La résidence des gardiens du lieu ne sera disponible que l'année suivante. En vrais fils de François d'Assise, les Franciscains logèrent pendant une année dans les trois petites cabines qui avaient servi aux employés du chantier.

L'affluence des pèlerins

Dès lors, les pèlerinages vont connaître un essor inespéré. Déjà, le 13 juin 1949, 2000 tertiaires anglophones venaient de Montréal par train et par autobus. Cinquante-et-un pèlerinages se tinrent au coeur du premier été. Quelques années plus tard, à la fin de 1953, 625 groupes avaient visité La Grotte. Jusqu'alors, les foules s'étaient contentées de se rassembler au grand air et ce par tous les temps autour du kiosque qui servait d'abri! On pensa alors à aménager une chapelle plus grande. Mgr Émilien Frenette, évêque du diocèse de Saint-Jérôme, présida à la bénédiction de la grande chapelle le 13 août 1961 devant 700 fidèles.

 

Ce temple, d'inspiration suisse et en forme de croix latine impressionne par son dépouillement. Encore aujourd'hui, s'y déroulent des célébrations signifiantes, témoins d'une riche tradition d'animation spirituelle.

Par sa grandeur, cette chapelle permet d'accueillir un plus grand nombre de participants particulièrement aux temps forts liturgiques (Noël et Pâques). D'autres événements peuvent aussi s'y dérouler: ressourcements, concerts.

En 1997, à la fête du Christ-Roi fut ajoutée la pièce maîtresse: la réplique de la croix de Saint-Damien (2m35), oeuvre de Gisèle Branchaud.

 

 

Une présence franciscaine qui se continue.

Depuis la fin de l'époque des pèlerinage au début des années 70, un projet de vie contemplative a regroupé quelques frères pendant une quinzaine d'années. Un noviciat s'y est aussi greffé depuis 1978.

En ce lieu dédié à Notre-Dame-de-Lourde les Franciscains assurent depuis plus de 60 ans une présence. Ils sont réunis par un projet de vie qui s'inspire de saint François d'Assise. Les accents qu'ils privilégient sont la recherche spirituelle dans le silence et la prière, le service pastoral de la Parole de Dieu et des sacrements, l'accueil et l'accompagnement des personnes.

Les frères sont soucieux de rendre accessible 24 heures par jour la petite chapelle, lieu unique en notre région, véritable oasis de silence, propice à la prière personnelle et à la paix retrouvée. Cette petite chapelle, construite en 1949, étonne par sa simplicité. Une statue de la vierge rayonne depuis la niche, située sur le mur du fond derrière l'autel. À gauche est suspendue la croix de Saint Damien, reproduction de celle qui inspira François d'Assise au moment de sa conversion. Le regard est attiré aussi vers une sculpture en bois de saint François.